Interrogations sur l'après...

04:35:00



Coucou les donuts !


C’est drôle comme certains sujets reviennent en boucle quand on est enceinte. Il y a bien sur le sexe du bébé, de combien est on enceinte… Et puis il y a ; lorsqu’on arrive au troisième trimestre ; les interrogations sur l’après.

C’est certainement la chose la plus compliquée à expliquer. Peut être parce que nous même ne savons pas forcément ce que l’on ressent. Si c’est normal. Si les autres futurs parents ressentent les mêmes choses…

J’ai toujours la sensation que tout va trop vite. Et cette grossesse n’aura pas été une exception. Est-ce que une fois cette princesse auprès de nous, je vais arriver à trouver un bon rythme ?
La question ne se posait pas pour le premier. Parce que s’était le premier. Aucune contrainte d’école ou autre. Là, il va y avoir les trajets à l’école ; les déplacements imprévus… Est-ce que son sommeil va être perturbé ? Sera-t-elle du coup moins apaisée ?
Quelle est la bonne façon de faire pour que tout le monde ; l’adolescent, le nouveau né, les parents ; trouvent leur rythme sans le subir ?



Avec les années, on avait trouvé une vitesse de croisière qui permettait à tout le monde d’avoir du temps pour soi. Mais moi ; est ce que je vais encore trouver ces petits moments si importants à mon bien être ? Est-ce que je vais seulement encore en avoir envie ? Ou vais-je me laisser submerger jusqu’à ce que le point de non retour tombe devant moi ?
C’est individualiste. Non c’est narcissique de ne penser qu’à son bien être à soi. Pourtant je suis persuadée que si je suis bien, elle sera bien. Oui c’est une évidence…



Finalement, je crois que le plus dur c’est de jongler entre l’excitation et le stress. Oui totalement paradoxal comme sentiments.
Comme tous les futurs parents, le stress de l’accouchement. De savoir comment ça va se passer. Est-ce que ça va bien se passer ? Quand est ce que ça va arriver ?
Et puis forcément ; on veut (ou c’est peut être moi) que la grossesse arrive à terme. Mais égoïstement on aimerait qu’elle arrive plus tôt que prévu. Pas par ras le bol non pas du tout… Mais pour voir enfin son visage. Voir ses petites mains. Son regard qui se pose sur nous. Pouvoir enfin admirer durant des heures ce petit être qui aura été conçu et qui aura grandit durant si longtemps dans mon ventre… Mettre une image sur les mouvements de ventre qui me manquent déjà alors que tu es encore dans mon ventre. Oui c’est très égoïste et c’est peut être finalement pour ça que c’est le sentiment le plus dur à gérer entre l’excitation et le stress…







You Might Also Like

0 commentaires

file:///C:/Users/grune/Downloads/google84f7a7d163df6d5b.html